Archives de catégorie : Assemblées générales

AG du SAMA – LE MUY 13 AVRIL 2019 – Rapport d’activités 

Cher(e)s camarades, 

Après les excellents Rapports de notre Président et de notre Trésorier, La Bruyère me dirait “ tout est dit et l’on vient trop tard…”. Mais, au SAMA, pas de “ querelle des anciens et des modernes”, simplement des plus anciens, encore dépositaires de sa mémoire. Profitez –en ! 

  • –  J’ai, au privilège de l’âge, la mémoire de l’AMA, “association, type 1901,d’anciens médecins des armées exerçant la médecine libérale ou salariée” dans une seconde carrière professionnelle civile, fondée à Toulon en 1972 par Jacques-Henri BAIXE. Son combat gagnant fut de défendre nos droits vis-à-vis de la CARMF. La Sélection du Reader’s Digest pourrait inscrire notre regretté fondateur, cet ancien Médecin de Marine, sans étoiles mais plein d’étincelles, comme “ l’homme le plus extraordinaire que j’ai rencontré ” : Le premier à avoir plongé sous la glace avec l’Expédition polaire de Paul Emile-Victor, initiateur avec la NASA, au cap Canavéral, des caissons hyperbares appliqués à la médecine au delà des accidents de plongée, animateur du “ Festival International de Cinéma Subaquatique“ et dépositaire de la Cinémathèque éponyme… Il mérite une biographie illustrée ! 

  • –  C’est aussi Yves PIRAME, notre doyen d’âge, toujours fidèle, qui sait tout de notre Histoire du Corps de Santé des Armées et du SAMA. Car il a bien fallu, pour d’autres combats, devenir “Syndicat”, selon le Code du Travail, ouvrant ainsi la voie du syndicalisme en milieu militaire, aujourd’hui suivie par la Gendarmerie et certaines armées de pays européens. Nous avons siégé ensemble dans la Commission de réforme des études médicales pour y défendre nos titres hospitaliers militaires, à l’invitation du Pr Jacques ROUX, condisciple des navalais délocalisés à Montpellier sous l’Occupation, grand 


résistant, spécialiste de la Fièvre de Malte et Directeur de la Santé sous le Ministère de Laurent FABIUS. Il a servi de fusible à son Ministre dans la lamentable affaire du sang contaminé ! Et c’est l’occasion d’exprimer à sa mémoire la gratitude du SAMA le jour où nous célébrons justement l’œuvre d’Alain GEORGES face au sida et le soutien du sénateur Victor ROBINI qui a sauvé nos titres militaires. 

Le SAMA, bien plus que trentenaire, ne manque pas d’historiographes et ces “membres historiques” sont les mieux placés pour fixer toujours la ligne de défense de nos secondes carrières et aussi garder la fidélité au Service qui nous a formés, comme l’a rappelé Gérard DESMARIS. Les Ecoles Annexes de la Marine, l’Ecole Principale du Cours de la Marne de Bordeaux, l’Ecole de Santé Militaire de l’avenue Berthelot à Lyon, les Ecoles d’Application de la Marine à Toulon, des Armées au Val-de-Grâce et de la Médecine coloniale et tropicale au Pharo à Marseille sont un moule qui obéit aux mêmes valeurs d’honneur et discipline, de dévouement jusqu’au sacrifice, de compétence et de solidarité humaine : car nous apportons le même soin à nos soldats et à ceux de l’adversaire, à nos compatriotes comme aux populations civiles de l’extérieur, selon les belles devises de nos Ecoles rappelées sur la plaque mémorielle posée ce matin. En ce jour, comme toujours au SAMA, nous sommes réunis sans distinction d’origine, de carrières, de parcours, de galons ou d’étoiles. Nous sommes tous reconnaissants à nos Maîtres, militaires ou universitaires, qui nous ont transmis leur savoir et leur savoir-être. La cohorte qui formait une haie ininterrompue, du Pont Alexandre III aux Invalides, a démontré, au passage de notre camarade mort au Mali en service commandé, que notre Corps de Santé est uni et fraternel dans la joie et dans les épreuves. 

Votre Secrétaire général a donc repris du service en Juillet dernier car notre Président Xavier LONIEWSKI, chirurgien débordé par sa charge de travail, ne pouvait renouveler son mandat et, par un jeu de chaises musicales 

approuvé par tous, la présidence revenait naturellement à celui qui avait jusqu’ici parfaitement assuré la tâche de secrétaire général. Oui, mais qui pour lui succéder ? Echec du Tour de table ! Avec la promesse de Bernard LEFEVRE de continuer à nous conseiller et l’aide assurée, bien au delà de ses obligations au GOMED, par Christine LE PAHUN, j’ai accepté timidement de repartir pour un tour en attendant un volontaire successeur…Et me voici enlisé faute de candidat ! D’autant plus que j’ai un vœu pieux, celui de passer la main à une camarade, ancienne de nos Ecoles, puisque le Service de Santé des Armées est aujourd’hui féminisé à près de 60%, voire davantage à l’avenir. 

Nous économisons nos frais de voyage sur Paris par des conférences téléphoniques de Bureaux ou de Conseils d’administration réguliers, une Newsletter mensuelle reste diffusée, Xavier consacre tous ses efforts à restaurer le site du SAMA et nous l’en remercions. 

Recrutement, appel aux dons pour compenser la rentrée insuffisante des cotisations, vigilance sur la question brûlante des retraites et des pensions de reversions, actualisation du Guide à la transition professionnelle. Il y a du pain sur la planche et je remercie chacun de vous, particulièrement les anciens présidents, trésoriers et secrétaires généraux de leur contribution soutenue. 

Le SAMA poursuit son rayonnement, surtout en cette période tourmentée. 

Bernard LEFEVRE, notre président d’honneur, est gravement souffrant, vous le savez. Il nous livre son message : “ 3 grandes valeurs m’ont porté, la recherche de l’excellence, le sens du service et l’amour des autres. Peut être cela pourra-t-il aider nos plus jeunes à construire leur avenir ”. MERCI. 

Louis REYMONDON

LE RAPPORTDU TRESORIER 

ASSEMBLEE GENERALE DU SAMA SAMED1I 13 AVRIL 2019 AU MUY 

Notre plus gros poste de dépenses 2018, nos locaux parisiens du GOMED, siège du SAMA, dans lesquels nous sommes hébergés ont été de 6 655.05 €. Cette somme comprend le temps de notre assistante mise à notre disposition tout au long de l’année (5% de son temps). Nous avons été obligés par mesure d’économie de diminuer notre temps de secrétariat de moitié par rapport à l’année précédente), les frais de photocopies et de timbrage du courrier, les frais de conférence téléphonique des bureaux et CA. Ce qui nous revient à 554 € par mois. 

Les recettes de 2018, soit 11 517 €, sont issues des cotisations, des tombolas organisées par le SAMA, des dons et de la vente de Guide à la Reconversion. 

Il n’existe plus de frais d’impression et de mise en page du bulletin puisqu’il a été remplacé par une Newsletter qui est envoyée par mail à tous les adhérents qui nous ont donné leur adresse mail.

Cela nous permet de réaliser une économie conséquente. 

Les frais de banquepour 2018 s’élèvent à 367.56€ (paiement par virement CEPA, facturationdes relevés etc … ).A noter que les règlements sur le site par Paypal nous coûtent des frais relativement conséquents (ex une cotisation à 140 € nous est reversée par Paypal à 136€ et une cotisation à 70 € nous est reversée à 66 €). Faut-il privilégier le paiement par chèque ou le virement bancaire ? 

Au 31 décembre 2017, un solde positif de 5 7 5 5 € nous nous a permis de payer le premier trimestre 2018 au GOMED de 1330 €, sans attendre l’appel de cotisation 2018. Nous avons diminué notre temps de secrétariat de 10 à 5% afin de pouvoir continuer …. 

Encore une fois, je lance l’alerte pour la sauvegarde du SAMA. 

BILAN 2018 

Docteur Jean Louis PINAUD Trésorier du SAMA 

   
SOLDE DU COMPTE AU 31/12/2017  5 755 € 
   
TOTAL RECETTES 2018  11563 € 
   
Total   17 318 € 
TOTAL DEPENSES 2018 8 160 €  
         
SOLDE DU COMPTE AU 31 12 2018  9 158 € 
    

AG SAMA LE MUY 13 AVRIL 2019 

Cher(e)s camarades, 

Tout d’abord je remercie vivement les camarades qui ont fait l’effort de venir au Muy, parfois après de grands détours – Brive, Paris, Nice – par exemple. C’est une illustration du casse-tête de la mobilité dans la France périphérique. 

Le docteur Jean Marc BRASSEUR du CNOM s’excuse de ne pouvoir nous rejoindre. Il rentre d’une mission d’un mois sur la FREMM « Auvergne ». Il nous fera un retour de cette expérience exaltante et nous redit son envie de nous revoir. 

La cérémonie, ce matin, du dévoilement de la plaque commémorative à la mémoire de trois de nos grands anciens : Henry FOURNIAL, Victor ROBINI et Alain Jean GEORGES a été un franc succès. Je remercie particulièrement madame Liliane BOYER, maire du MUY, pour son invitation et félicite le docteur Francis LOUIS, président de « Ceux du Pharo », pour son initiative et l’organisation de cette manifestation œcuménique. Je n’oublie pas le dévouement enthousiaste de Louis REYMONDON qui est aussi notre Secrétaire Général. 

C’est à ma connaissance la première fois que sont rassemblés les camarades de Ceux du Pharo, de l’ASNOM, de la SEVG et du SAMA. Certains ont une bi appartenance et c’est très bien. Selon l’adage l’union fait la force et nous en avons bien besoin vu la faiblesse du renouvellement de nos effectifs. Les nouvelles adhésions ne compensent pas les départs. Nous avons actuellement un effectif actif mais vieillissant d’une soixantaine de membres. Les femmes en sont absentes ainsi que les jeunes. Ce qui n’est pas un bon indice de santé. 

Chaque année nous apprenons la maladie, l’état de dépendance, la disparition de camarades. En cette journée nous pensons bien à eux. Depuis notre dernière AG nous avons appris les décès de Jean Claude DURET de la promotion Lyon 1960 et de Frédéric N’GUYEN de la promotion Bordeaux 1967. Nous nous associons aussi ce jour à l’émotion et à la peine des camarades en opération qui ont perdu un des leurs, le médecin capitaine Marc LAYCURAS, âgé de 30 ans, tué par AQMI le 2 avril dernier au nord du MALI. Observons une minute de silence en leur mémoire. 

Une des missions statutaire de notre syndicat est la promotion de l’image du médecin militaire et par extension celle du SSA. 

Nous sommes régulièrement invités aux baptêmes des promotions de l’ESA Lyon Bron et aux journées organisées par les jeunes de l 

Il faut sensibiliser nos adhérents à l’intérêt de s’occuper des jeunes qui auront besoin de soutien dans leur vie professionnelle future, parfois vies plurielles. Ils devraient être les 

adhérents de demain. 

Syndicats professionnels et associations ont des objectifs communs mais ne relèvent pas du même statut juridique. Relevant du Code du Travail, le syndicat a seul la possibilité de défendre en justice les droits et intérêts matériels ou moraux de ces adhérents. Cependant, une association peut tenter de se prévaloir de la qualité de syndicat professionnel suite à l’arrêt du 15 Mars 2015 de la Cour d’Appel de Paris. 

Rappelons que le SAMA est un syndicat professionnel où, dès l’origine, médecins « bordelais et lyonnais » ont su dépasser leur rivalité pour affronter efficacement les problématiques de leur reconversion civile. 

La dernière édition du Guide à la reconversion pour les médecins des armées date de 2007. Nous avons entrepris depuis maintenant plus de deux ans sa mise à jour avec le concours de la cellule reconversion de la DCSSA. Avec Bernard LEFEVRE nous avons eu en novembre dernier une matinée de travail fructueuse avec madame Muriel LAMARQUE cheffe de cellule. C’est un travail très laborieux mais je garde espoir de vous montrer fin 2019 le nouveau Guide à la transition professionnelle (pour satisfaire à la nouvelle appellation). 

Le renouvellement du site web dont la maquette a été présenté à l’AG de TOULON en 2016 par le président Xavier Loniewski, devait être un des moyens d’attirer de nouveaux membres et d’améliorer la participation (forum, actualités, séquences you tube) et peut être même de solliciter des annonceurs. Malheureusement il n’est pas encore à la hauteur des espérances. Le manque d’un webmaster disponible pour aider Xavier se fait cruellement ressentir. On pourrait discuter d’un recours à un prestataire extérieur. Mais son coût serait de l’ordre de 4 000 euros par an, ce qui ne me semble pas envisageable au moment où nous avons tout juste équilibré notre budget en réduisant fortement les dépenses. 

En particulier, la réduction de notre loyer au GOMED, la maison commune des syndicats médicaux, nous a permis de garder une boite postale ainsi qu’une 

‘association Santards Navalais 

et Traditions. Ce qu’il nous manque c’est un lien avec les médecins en activité 

dans les forces de façon à leur faire connaître notre rôle. 

petite activité de secrétariat ; heureusement compensée par le dévouement de Christine LE PAHUN que nous ne remercierons jamais assez. 

Les Newsletters, pratiquement mensuelles, remplacent les bulletins « papier ». Elles semblent avoir une bonne audience. Mais là encore il s’agit de solliciter des articles sur des thèmes d’actualité et en rapport avec nos missions statutaires. 

Parmi celles-ci, la surveillance des projets de réforme concernant les militaires et les médecins, en activité ou en retraite. Il s’agit d’identifier les points qui risquent de les pénaliser, eux-mêmes ou leur famille, pour essayer de peser sur les évolutions. 

Je l’ai déjà dit, le SAMA ne devrait pas être qu’une chambre stérile de résonnance des angoisses de ses membres, mais être une force de réflexion et de proposition. Mais je ne peux que constater depuis des années le peu de retours suite aux sollicitations périodiques ainsi qu’aux motions adoptées en AG. 

Un sursaut est nécessaire, il y va de la survie du SAMA. Dr Gérard DESMARIS
Président du SAMA 

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE H.I.A. STE ANNE A TOULON SAMEDI 9 JUIN 2007

Début de l’Assemblée Générale : 9h

Accueil et émargement des participants à l’Assemblée Générale : remise du dossier de l’ AG.

Le Dr Bernard LEFEVRE prend la parole pour remercier les personnes venues assister à l’Assemblée Générale du SAMA et présente le déroulement de la journée.

groupeEtaient présents les Docteurs : Ph. BARNAUD, Henri BEZES, François BRISSET, Louis CARRET, François DAVID, Jean Luc DUVAL, Jean FEUILLERAT, Gilles FILLIARD, Daniel LAVAUD, Bernard LEFEVRE, Jean Noel LEVEQUE, Laurent MARTINI, Sylvie MONROUX ROUSSEAU, Pierre MOREAU, Patrick NOUAILLE de GORCE, Ph. PEU DUVALLON, Jean Louis PINAUD, Yves PIRAME, Jean Charles REMY, Louis REYMONDON, Pierre SALIOU.

Continuer la lecture