AG du SAMA – LE MUY 13 AVRIL 2019 – Rapport d’activités 

Cher(e)s camarades, 

Après les excellents Rapports de notre Président et de notre Trésorier, La Bruyère me dirait “ tout est dit et l’on vient trop tard…”. Mais, au SAMA, pas de “ querelle des anciens et des modernes”, simplement des plus anciens, encore dépositaires de sa mémoire. Profitez –en ! 

  • –  J’ai, au privilège de l’âge, la mémoire de l’AMA, “association, type 1901,d’anciens médecins des armées exerçant la médecine libérale ou salariée” dans une seconde carrière professionnelle civile, fondée à Toulon en 1972 par Jacques-Henri BAIXE. Son combat gagnant fut de défendre nos droits vis-à-vis de la CARMF. La Sélection du Reader’s Digest pourrait inscrire notre regretté fondateur, cet ancien Médecin de Marine, sans étoiles mais plein d’étincelles, comme “ l’homme le plus extraordinaire que j’ai rencontré ” : Le premier à avoir plongé sous la glace avec l’Expédition polaire de Paul Emile-Victor, initiateur avec la NASA, au cap Canavéral, des caissons hyperbares appliqués à la médecine au delà des accidents de plongée, animateur du “ Festival International de Cinéma Subaquatique“ et dépositaire de la Cinémathèque éponyme… Il mérite une biographie illustrée ! 

  • –  C’est aussi Yves PIRAME, notre doyen d’âge, toujours fidèle, qui sait tout de notre Histoire du Corps de Santé des Armées et du SAMA. Car il a bien fallu, pour d’autres combats, devenir “Syndicat”, selon le Code du Travail, ouvrant ainsi la voie du syndicalisme en milieu militaire, aujourd’hui suivie par la Gendarmerie et certaines armées de pays européens. Nous avons siégé ensemble dans la Commission de réforme des études médicales pour y défendre nos titres hospitaliers militaires, à l’invitation du Pr Jacques ROUX, condisciple des navalais délocalisés à Montpellier sous l’Occupation, grand 


résistant, spécialiste de la Fièvre de Malte et Directeur de la Santé sous le Ministère de Laurent FABIUS. Il a servi de fusible à son Ministre dans la lamentable affaire du sang contaminé ! Et c’est l’occasion d’exprimer à sa mémoire la gratitude du SAMA le jour où nous célébrons justement l’œuvre d’Alain GEORGES face au sida et le soutien du sénateur Victor ROBINI qui a sauvé nos titres militaires. 

Le SAMA, bien plus que trentenaire, ne manque pas d’historiographes et ces “membres historiques” sont les mieux placés pour fixer toujours la ligne de défense de nos secondes carrières et aussi garder la fidélité au Service qui nous a formés, comme l’a rappelé Gérard DESMARIS. Les Ecoles Annexes de la Marine, l’Ecole Principale du Cours de la Marne de Bordeaux, l’Ecole de Santé Militaire de l’avenue Berthelot à Lyon, les Ecoles d’Application de la Marine à Toulon, des Armées au Val-de-Grâce et de la Médecine coloniale et tropicale au Pharo à Marseille sont un moule qui obéit aux mêmes valeurs d’honneur et discipline, de dévouement jusqu’au sacrifice, de compétence et de solidarité humaine : car nous apportons le même soin à nos soldats et à ceux de l’adversaire, à nos compatriotes comme aux populations civiles de l’extérieur, selon les belles devises de nos Ecoles rappelées sur la plaque mémorielle posée ce matin. En ce jour, comme toujours au SAMA, nous sommes réunis sans distinction d’origine, de carrières, de parcours, de galons ou d’étoiles. Nous sommes tous reconnaissants à nos Maîtres, militaires ou universitaires, qui nous ont transmis leur savoir et leur savoir-être. La cohorte qui formait une haie ininterrompue, du Pont Alexandre III aux Invalides, a démontré, au passage de notre camarade mort au Mali en service commandé, que notre Corps de Santé est uni et fraternel dans la joie et dans les épreuves. 

Votre Secrétaire général a donc repris du service en Juillet dernier car notre Président Xavier LONIEWSKI, chirurgien débordé par sa charge de travail, ne pouvait renouveler son mandat et, par un jeu de chaises musicales 

approuvé par tous, la présidence revenait naturellement à celui qui avait jusqu’ici parfaitement assuré la tâche de secrétaire général. Oui, mais qui pour lui succéder ? Echec du Tour de table ! Avec la promesse de Bernard LEFEVRE de continuer à nous conseiller et l’aide assurée, bien au delà de ses obligations au GOMED, par Christine LE PAHUN, j’ai accepté timidement de repartir pour un tour en attendant un volontaire successeur…Et me voici enlisé faute de candidat ! D’autant plus que j’ai un vœu pieux, celui de passer la main à une camarade, ancienne de nos Ecoles, puisque le Service de Santé des Armées est aujourd’hui féminisé à près de 60%, voire davantage à l’avenir. 

Nous économisons nos frais de voyage sur Paris par des conférences téléphoniques de Bureaux ou de Conseils d’administration réguliers, une Newsletter mensuelle reste diffusée, Xavier consacre tous ses efforts à restaurer le site du SAMA et nous l’en remercions. 

Recrutement, appel aux dons pour compenser la rentrée insuffisante des cotisations, vigilance sur la question brûlante des retraites et des pensions de reversions, actualisation du Guide à la transition professionnelle. Il y a du pain sur la planche et je remercie chacun de vous, particulièrement les anciens présidents, trésoriers et secrétaires généraux de leur contribution soutenue. 

Le SAMA poursuit son rayonnement, surtout en cette période tourmentée. 

Bernard LEFEVRE, notre président d’honneur, est gravement souffrant, vous le savez. Il nous livre son message : “ 3 grandes valeurs m’ont porté, la recherche de l’excellence, le sens du service et l’amour des autres. Peut être cela pourra-t-il aider nos plus jeunes à construire leur avenir ”. MERCI. 

Louis REYMONDON