AG SAMA LE MUY 13 AVRIL 2019 

Cher(e)s camarades, 

Tout d’abord je remercie vivement les camarades qui ont fait l’effort de venir au Muy, parfois après de grands détours – Brive, Paris, Nice – par exemple. C’est une illustration du casse-tête de la mobilité dans la France périphérique. 

Le docteur Jean Marc BRASSEUR du CNOM s’excuse de ne pouvoir nous rejoindre. Il rentre d’une mission d’un mois sur la FREMM « Auvergne ». Il nous fera un retour de cette expérience exaltante et nous redit son envie de nous revoir. 

La cérémonie, ce matin, du dévoilement de la plaque commémorative à la mémoire de trois de nos grands anciens : Henry FOURNIAL, Victor ROBINI et Alain Jean GEORGES a été un franc succès. Je remercie particulièrement madame Liliane BOYER, maire du MUY, pour son invitation et félicite le docteur Francis LOUIS, président de « Ceux du Pharo », pour son initiative et l’organisation de cette manifestation œcuménique. Je n’oublie pas le dévouement enthousiaste de Louis REYMONDON qui est aussi notre Secrétaire Général. 

C’est à ma connaissance la première fois que sont rassemblés les camarades de Ceux du Pharo, de l’ASNOM, de la SEVG et du SAMA. Certains ont une bi appartenance et c’est très bien. Selon l’adage l’union fait la force et nous en avons bien besoin vu la faiblesse du renouvellement de nos effectifs. Les nouvelles adhésions ne compensent pas les départs. Nous avons actuellement un effectif actif mais vieillissant d’une soixantaine de membres. Les femmes en sont absentes ainsi que les jeunes. Ce qui n’est pas un bon indice de santé. 

Chaque année nous apprenons la maladie, l’état de dépendance, la disparition de camarades. En cette journée nous pensons bien à eux. Depuis notre dernière AG nous avons appris les décès de Jean Claude DURET de la promotion Lyon 1960 et de Frédéric N’GUYEN de la promotion Bordeaux 1967. Nous nous associons aussi ce jour à l’émotion et à la peine des camarades en opération qui ont perdu un des leurs, le médecin capitaine Marc LAYCURAS, âgé de 30 ans, tué par AQMI le 2 avril dernier au nord du MALI. Observons une minute de silence en leur mémoire. 

Une des missions statutaire de notre syndicat est la promotion de l’image du médecin militaire et par extension celle du SSA. 

Nous sommes régulièrement invités aux baptêmes des promotions de l’ESA Lyon Bron et aux journées organisées par les jeunes de l 

Il faut sensibiliser nos adhérents à l’intérêt de s’occuper des jeunes qui auront besoin de soutien dans leur vie professionnelle future, parfois vies plurielles. Ils devraient être les 

adhérents de demain. 

Syndicats professionnels et associations ont des objectifs communs mais ne relèvent pas du même statut juridique. Relevant du Code du Travail, le syndicat a seul la possibilité de défendre en justice les droits et intérêts matériels ou moraux de ces adhérents. Cependant, une association peut tenter de se prévaloir de la qualité de syndicat professionnel suite à l’arrêt du 15 Mars 2015 de la Cour d’Appel de Paris. 

Rappelons que le SAMA est un syndicat professionnel où, dès l’origine, médecins « bordelais et lyonnais » ont su dépasser leur rivalité pour affronter efficacement les problématiques de leur reconversion civile. 

La dernière édition du Guide à la reconversion pour les médecins des armées date de 2007. Nous avons entrepris depuis maintenant plus de deux ans sa mise à jour avec le concours de la cellule reconversion de la DCSSA. Avec Bernard LEFEVRE nous avons eu en novembre dernier une matinée de travail fructueuse avec madame Muriel LAMARQUE cheffe de cellule. C’est un travail très laborieux mais je garde espoir de vous montrer fin 2019 le nouveau Guide à la transition professionnelle (pour satisfaire à la nouvelle appellation). 

Le renouvellement du site web dont la maquette a été présenté à l’AG de TOULON en 2016 par le président Xavier Loniewski, devait être un des moyens d’attirer de nouveaux membres et d’améliorer la participation (forum, actualités, séquences you tube) et peut être même de solliciter des annonceurs. Malheureusement il n’est pas encore à la hauteur des espérances. Le manque d’un webmaster disponible pour aider Xavier se fait cruellement ressentir. On pourrait discuter d’un recours à un prestataire extérieur. Mais son coût serait de l’ordre de 4 000 euros par an, ce qui ne me semble pas envisageable au moment où nous avons tout juste équilibré notre budget en réduisant fortement les dépenses. 

En particulier, la réduction de notre loyer au GOMED, la maison commune des syndicats médicaux, nous a permis de garder une boite postale ainsi qu’une 

‘association Santards Navalais 

et Traditions. Ce qu’il nous manque c’est un lien avec les médecins en activité 

dans les forces de façon à leur faire connaître notre rôle. 

petite activité de secrétariat ; heureusement compensée par le dévouement de Christine LE PAHUN que nous ne remercierons jamais assez. 

Les Newsletters, pratiquement mensuelles, remplacent les bulletins « papier ». Elles semblent avoir une bonne audience. Mais là encore il s’agit de solliciter des articles sur des thèmes d’actualité et en rapport avec nos missions statutaires. 

Parmi celles-ci, la surveillance des projets de réforme concernant les militaires et les médecins, en activité ou en retraite. Il s’agit d’identifier les points qui risquent de les pénaliser, eux-mêmes ou leur famille, pour essayer de peser sur les évolutions. 

Je l’ai déjà dit, le SAMA ne devrait pas être qu’une chambre stérile de résonnance des angoisses de ses membres, mais être une force de réflexion et de proposition. Mais je ne peux que constater depuis des années le peu de retours suite aux sollicitations périodiques ainsi qu’aux motions adoptées en AG. 

Un sursaut est nécessaire, il y va de la survie du SAMA. Dr Gérard DESMARIS
Président du SAMA